Pour quelles raisons 22 millions de Français ne partent pas ?

Frein financier

Un sondage IFOP pour la Jeunesse au Plein Air réalisé en mai 2016 (Les Français et les colonies de vacances) relève que le premier frein au départ en vacances identifié par les parents est le coût des séjours (59 % des parents). Cela se constate notamment chez les enfants des familles à revenus moyens (de 1 000 € à 4 000 € mensuels), qui ont vu leur taux de départ stagner ou baisser, conséquence d’une exclusion des dispositifs d’aide au départ et d’une dégradation du pouvoir d’achat.

Freins culturels et sociaux

Il existe aussi des freins culturels et sociaux. On constate notamment la perte d’une culture des vacances chez les populations les plus précaires, une culture qui s’était construite dès 1936 par l’apprentissage précoce de l’autonomie, des règles de vie et de nouveaux savoirs au sein des colonies de vacances et classes de découvertes.

Les médias et la publicité véhiculent une image souvent standardisée et idéalisée des vacances qui semblent, dès lors, inaccessibles au plus grand nombre. Pourtant cette image  ne correspond pas à la diversité des pratiques de tourisme sur tous les territoires français.

La crise économique a conduit à une précarisation croissante des ménages les plus modestes. Ainsi, pour les ménages qui touchent de bas salaires, les vacances sont un luxe qu’ils ne peuvent pas s’offri. En parallèle, de nombreux comités d’entreprise se sont détournés de l’aide au départ en vacances. Ainsi, les ménages les plus précaires,  suivis par une partie des classes moyennes, n’ont plus confiance en l’avenir.

Préparer un départ et partir sont des actes qui traduisent une réelle capacité à se projeter dans un futur plus ou moins proche.

2018-03-27T13:41:42+00:00

Notre combat

La JPA, l’UNAT et Solidarité Laïque se mobilisent et militent pour la reconnaissance d’un droit universel aux vacances.

Vous pouvez nous soutenir en signant la pétition #EnVacances !

9dfd05d60bdb2299ea162f7e27a179c3```````````````````````